Actualité

EVENT WORLD TOUR, le projet ambitieux d'une alumni

Business School

Diplômée et major de promotion en 2019 d’un Ms Manager d’unités opérationnelles parcours Marketing et Communication, Marie AKA souhaite allier ses 2 passions, l’évènementiel et le voyage, autour d’un seul et même projet : travailler sur toutes sortes d’évènements à travers le monde entier.

Pour le lancement de son projet, EVENT WORLD TOUR, une conférence a été organisée le lundi 13 décembre à 18h30 sur le campus de Keyce Academy Montpellier. Marie a ensuite accepté de répondre à nos questions. Revenons ensemble sur la naissance de son projet.

Suivez ses
aventures

EVENT WORLD TOUR

Découvrir

Peux-tu te présenter ?

« Je m’appelle Marie AKA, et j’ai 26 ans. J’ai fait mes études à Montpellier en alternance. D’abord un bachelor Responsable communication puis un Ms Manager d’unités opérationnelles à Keyce Academy. Après mon Ms, je suis partie 3 mois en Chine dans l’université de Shanxi en séjour de fin d’études, grâce au Collège de Paris. C’était vraiment une expérience incroyable, ce voyage était un dépaysement total par rapport à notre culture. »

Qu’est-ce qui t’a donné envie de réaliser ce projet ?

« Je voulais voyager pour découvrir notre monde et surtout pour devenir bilingue parce que mon niveau d’anglais était une frustration pour moi. Je ne voulais pas perdre l’avantage de mes années d’expérience acquises grâce à l’alternance. J’ai donc eu l’idée de lier le voyage et le travail : travailler sur des événements, tout autour du globe. »

Quelles seront tes missions lors des évènements ?

« Les missions vont être très variées. Pour la plupart je ne sais pas encore car il est trop tôt pour le savoir, mais de manière générale je vais être sur la communication ou l’organisation de l’événement, voire les 2. Sur 2 événements, il est prévu que je travaille uniquement sur l’événement. Sur tous les autres, je travaille tout le mois sur la préparation, ainsi que le jour J de l’événement. »

Comment s’est passé l’organisation du projet malgré le Covid ?

« Cela a été très compliqué forcément, c’était rendre un challenge déjà initialement conséquent en un projet quasi impossible à faire. J’ai eu énormément de bons retours de la part des professionnels du monde de l’événementiel qui étaient partants pour m’accueillir mais ils étaient tous bloqués par la situation. J’ai repoussé de 6 mois le départ du projet pour avoir de meilleures chances qu’il se réalise. Au niveau sponsoring, cela a été également compliqué d’en trouver après une crise aussi conséquente. »

Comment as-tu budgétisé ton projet ?

« J’ai calculé le coût de la vie sur place par rapport à chaque destination. J’ai ensuite regardé le coût du logement et du transport, sans oublier le côté administratif (visa et assurance). Le but étant de réduire les dépenses au maximum évidemment. »

Que fais-tu à côté d’EWT ?

« La préparation du projet est un travail à plein temps, je finis souvent le soir à 22h. Avec le Covid, qui a mis le monde de l’événementiel à l’arrêt, j’ai préféré me concentrer sur une association de protection animale en Roumanie, qui me laissait aussi le temps de m’occuper de mon projet. La combinaison des 2 était idéale. »

Autres actualités